The following is an article from www.Paris.fr


Des rambardes vitrées expérimentées sur le Pont des Arts

viewmultimediadocument-2

Face au problème de l’accumulation des cadenas sur les ponts parisiens, la Ville pose aujourd’hui des panneaux vitrés en remplacement des grillages. Si cette expérimentation s’avère concluante, elle sera rapidement étendue aux autres ponts touchés par le phénomène des “cadenas d’amour”. Plus d’infos.

 

 

700 000, le chiffre est impressionnant et pourtant il correspond bien au nombre de cadenas accrochés en quelques mois sur plusieurs ponts de Paris. Ce sont les fameux “cadenas d’amour” qui recouvrent, tel un manteau scintillant, les grilles du Pont des Arts ou de l’Archevêché.

Or ce phénomène pose deux problèmes importants : une dégradation durable du patrimoine, et surtout un risque pour la sécurité des visiteurs en raison du poids excessif que fait peser cette accumulation sur la structure même des ponts.

Sur le Pont des Arts, par exemple, 15 panneaux grillagés ont déjà dû être retirés pour des raisons de sécurité, provisoirement remplacés par des panneaux de bois. Chacun de ces panneaux portait près de 500 kg de cadenas, soit quatre fois la charge limite admissible.

viewmultimediadocument-1-1

 

Pour mettre fin à cette pratique, la Ville privilégie la pédagogie et une sensibilisation accrue des visiteurs.

Ainsi, depuis août, l’opération numérique #LoveWithoutLocks invite les amoureux à sceller leur union par un selfie plutôt que par un cadenas.

Aujourd’hui, en complément de ce dispositif, la Ville expérimente la pose de panneaux vitrés sur le Pont des Arts pour remplacer les grillages. Légers et transparents, ils offrent l’avantage de ne pas polluer visuellement ce site exceptionnel.

Deux viennent d’être installés, un troisième le sera dans quelques jours, et si cette expérimentation s’avère concluante, elle sera rapidement étendue aux autres ponts touchés par le phénomène des cadenas.

#Lovewithoutlocks : ils l’ont fait, à votre tour

Après avoir proposé aux Parisiens et aux touristes d’immortaliser leur amour en ligne plutôt qu’avec un cadenas sur les ponts de Paris, la ville de Paris a reçu plusieurs centaines de participations sur son site internet. En partageant un selfie sur les réseaux sociaux (Twitter, Instagram…) avec le hashtag #lovewithoutlocks, les amoureux du monde entier peuvent ainsi désormais immortaliser en ligne, sur le site www.lovewithoutlocks.paris.fr, leur présence dans leur endroit préféré de la capitale.

Une mode née en Hongrie au 19e siècle…

C’est à partir des années 2000 que cette mode s’est rapidement répandue dans toutes les villes touristiques du monde: Londres, New-York, Séoul, Paris… La tradition des « cadenas de l’amour », serait née à Pécs (Hongrie), probablement au 19e s. À l’époque, les soldats en garnison dans la ville laissaient en souvenir le cadenas qui fermait l’armoire de leur chambre.
À Paris, cette coutume a commencé en 2008 sur le pont des Arts et s’est étendue sur le pont de l’Archevêché, Solférino et la passerelle Simone de Beauvoir. Les cadenas comportent parfois des noms ou des inscriptions ou sont accrochés à un gros coeur en métal. Il est d’usage d’en jeter ensuite la clé dans la Seine. Cette pratique a lieu aussi au Ponte Vecchio de Florence ou au Ponte de l’Accademia de Venise et dans des lieux romantiques de la plupart des grandes villes.